Livraison au sein de l'U.E. uniquement
français fr
  • English en
  • français fr
Livraison au sein de l'U.E. uniquement
français fr
  • English en
  • français fr
Panier 0

Lettres d'un Kuramoto #509: EY Entrepreneur de l'année 2021 Japon

Comme vous l'avez peut-être déjà vu sur notre site web, j'ai été sélectionné pour représenter le Japon dans le concours de l'Entrepreneur de l'année de cette année. Tout d'abord, je tiens à dire que je suis honoré et ravi d'avoir remporté ce prix prestigieux. En même temps, je voudrais exprimer ma sincère gratitude à nos clients qui nous ont aidés et soutenus jusqu'à présent, à nos partenaires commerciaux qui ont répondu à mes demandes inconsidérées, à mes collègues d'Asahi Shuzo qui m'ont aidé à réaliser mon rêve, et surtout, à ma femme qui m'a soutenu jusqu'à présent. (Bien que ma femme ne semble pas vraiment croire que son "compagnon inutile" soit arrivé jusqu'ici). M. Kazuhiko Tomiyama, président du comité de sélection, a commenté : "Nous avons choisi M. Sakurai sur la base d'une seule question : celle de savoir s'il était le mieux à même d'attirer l'attention du monde sur l'une des valeurs fondamentales universelles du Japon. Je suis convaincu que M. Sakurai sera en mesure de montrer, lors de la compétition mondiale, que son modèle d'entreprise est basé sur tous les bienfaits de la nature, de la culture du riz à l'utilisation des sous-produits, tout en atteignant à la fois l'efficacité et la qualité, et en incarnant la culture d'un saké sain et respectueux de l'environnement en tant qu'entreprise à forte valeur ajoutée." Je tiens à le remercier pour ce commentaire. En guise d'étape préliminaire à la sélection des représentants japonais, dix représentants régionaux ont été choisis dans diverses industries du Japon, dont le fondateur d'une société de microfinance. À ce stade, on m'a dit que la raison de ma sélection était que j'avais "créé un nouveau marché pour le saké Junmai Daiginjo au Japon". Et en fait, je le pense aussi : il y a 30 ans, personne ne croyait que le saké daiginjo pouvait être apprécié et vendu à ce point, mais on disait plutôt que "certains types de daiginjo sont bons, mais que le saké junmai daiginjo est trop difficile à fabriquer", que "les daiginjo sont comme des œuvres d'art et ne devraient pas être produits en grandes quantités", ou que "produire beaucoup de daiginjo est un affront au travail et aux efforts du toji". J'ai pensé que si nous continuions à dire de telles choses, les gens ne pourraient jamais apprécier un bon saké, j'ai pensé que cela valait la peine d'ignorer les voix de l'industrie et de continuer à fabriquer du saké de qualité. Le concours mondial de l'Entrepreneur de l'année se tiendra à Monaco en juin prochain. C'est à ce moment-là que l'on décidera qui sera le meilleur au monde. Devenir un représentant du Japon signifie que j'ai gagné le droit de participer à la compétition. Naturellement, au début, j'ai pensé : "Si je suis arrivé jusqu'ici, je devrais viser à être le meilleur au monde", mais en y réfléchissant... j'ai changé d'avis. Il ne s'agit pas d'être le meilleur ou le deuxième meilleur, il s'agit de faire savoir au monde entier ce que j'ai essayé d'accomplir et à quel point cela a un sens pour la société. De plus, le saké est une boisson presque inconnue dans le monde. Je voudrais mettre en valeur le saké japonais en montrant sa particularité, son goût et la signification sociale qu'il a parmi les différents types d'alcools qui existent dans le monde. Je devrais également promouvoir l'idée que la fabrication du saké implique un soutien à l'agriculture et qu'une fois le riz livré au producteur de saké, il ne sera pas seulement utilisé pour la fabrication du saké, mais que nous utilisons également les sous-produits au profit de la société. Derrière, la chose la plus importante que je veux mentionner est le concept de "tema". Pour ce qui concerne la culture du riz, bien sûr, mais aussi l'ensemble du processus de fabrication du saké, qui demande énormément de temps et d'efforts, surtout lorsqu'il s'agit de produire un excellent saké. Le fait qu'il faille beaucoup de "tema", de temps et d'efforts signifie aussi qu'il faut beaucoup d'investissements, et dans la société capitaliste d'aujourd'hui, les gens ont tendance à penser que cette manière de voir les choses sont dépassées, inférieures et qu'il faut s'en débarrasser. Cependant, ceux qui comprennent le concept de Dassai savent que ce n'est pas le cas. Ce concept de "tema" est ce qui a soutenu la culture japonaise depuis la période Edo, et bien que beaucoup aient essayé de l'abandonner dans le flot de l'occidentalisation pendant la période Meiji, il a persisté au Japon. Je voudrais le montrer au monde entier, à Monaco. Je suis reconnaissant de la grande chance que j'ai d'être choisi pour un concours aussi prestigieux, et pour cette raison, je sens que je dois assumer une responsabilité particulière. On m'a permis de me tenir dans le poste de batteur ; il me suffit maintenant de frapper la balle aussi fort que possible.


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire