Livraison au sein de l'U.E. uniquement
français fr
  • English en
  • français fr
Livraison au sein de l'U.E. uniquement
français fr
  • English en
  • français fr
Panier 0

Lettres d'un Kuramoto vol.499: "Résultats de notre placement aux enchères chez Sotheby's"

J'ai écrit sur le placement d'un saké Dassai à une vente aux enchères chez Sotheby's dans une de mes "Lettres d'un Kuramoto" il y a quelques temps, et voici les résultats.

Sur les six bouteilles vendues, deux sont parties pour 843 750 yens (8'076 $), trois pour 810 000 yens (7'753 $) et une pour 759 375 yens (7'268 $). Je suis en fait assez étonné. Je pense que c'est probablement le prix le plus élevé jamais payé pour un seul saké, sans compter les restaurants ou les hôtels. Pour être honnête, j'avais peur que les enchères n'aillent pas jusque là, alors c'était un peu un soulagement.


Le riz utilisé pour ce Dassai est le même que celui qui a remporté notre concours " Yamada Nishiki Project", d'une valeur de 25 millions de yens (3000 kg). 
Nous avons utilisé ce riz pour la fermentation d'une cuve de saké et, afin d'en tirer le meilleur parti, lors de l'extraction du saké, nous n'avons mis en bouteille que 23 sakés de "mi-presse" et avons mélangé le reste des sakés obtenus au début et à la fin de l'extraction à notre Dassai 23 habituel.
En d'autres termes, et pour parler franchement, nous avons mis sur le marché un saké à un prix qui, de toutes façons, ne nous conviendra jamais tout à fait. C'est un virage à 180 degrés pour Dassai, car notre objectif principal est de toujours maintenir un prix aussi raisonnable que possible en ne dépensant jamais d'argent pour des campagnes de marketing ou que sais-je.

Je suis sûr que les gens diront que Dassai est finalement devenu un saké comme les autres, mais cela ne me dérange pas qu'on le dise. J'ai toujours dit que le manque de sakés chers est l'une des faiblesses de l'industrie du saké d'aujourd'hui, surtout lorsqu'il s'agit du marché international. Cependant, nous n'avons jamais été en mesure de briser ce plafond de verre.
Même lorsqu'on le compare à des vins ou à des Maotai extrêmement chers, le saké ne perd absolument rien en termes de qualité. Alors pourquoi ne pas avoir une bouteille de saké qui coûte des centaines de milliers, voire des millions de yens ? Cependant, cela est assez difficile à réaliser.
La principale raison en est la pression de la conformité dans la société japonaise (en particulier dans l'industrie du saké). Alors que nous sommes prêts à accepter des prix élevés pour les vins étrangers et les Maotai chinois, lorsqu'un saké japonais est vendu à un prix supérieur aux normes du marché, les gens ont tendance à le rabaisser. Kuroryu à Fukui connaît bien ce problème, et même s'ils ont une façon de faire différente de la nôtre, ils travaillent dur sur ce sujet depuis de nombreuses années.


En ce qui concerne le placement aux enchères, c'est principalement parce que nous voulions faire quelque chose que seul Dassai était capable de faire à ce moment là. À l'avenir, je pense que nous verrons des producteurs de saké viser de plus grands sommets, peut-être en empruntant des chemins différents.

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire